Студопедия

КАТЕГОРИИ:


Загрузка...

Архитектура-(3434)Астрономия-(809)Биология-(7483)Биотехнологии-(1457)Военное дело-(14632)Высокие технологии-(1363)География-(913)Геология-(1438)Государство-(451)Демография-(1065)Дом-(47672)Журналистика и СМИ-(912)Изобретательство-(14524)Иностранные языки-(4268)Информатика-(17799)Искусство-(1338)История-(13644)Компьютеры-(11121)Косметика-(55)Кулинария-(373)Культура-(8427)Лингвистика-(374)Литература-(1642)Маркетинг-(23702)Математика-(16968)Машиностроение-(1700)Медицина-(12668)Менеджмент-(24684)Механика-(15423)Науковедение-(506)Образование-(11852)Охрана труда-(3308)Педагогика-(5571)Полиграфия-(1312)Политика-(7869)Право-(5454)Приборостроение-(1369)Программирование-(2801)Производство-(97182)Промышленность-(8706)Психология-(18388)Религия-(3217)Связь-(10668)Сельское хозяйство-(299)Социология-(6455)Спорт-(42831)Строительство-(4793)Торговля-(5050)Транспорт-(2929)Туризм-(1568)Физика-(3942)Философия-(17015)Финансы-(26596)Химия-(22929)Экология-(12095)Экономика-(9961)Электроника-(8441)Электротехника-(4623)Энергетика-(12629)Юриспруденция-(1492)Ядерная техника-(1748)

A BELLEVILLE 1 страница




Paris, la Ville Lumière, est aussi la ville de beaucoup de misères. A côté des
«beaux quartiers», à cote (le la lumière, qui ruisselle le long des Champs-
Elysées ou qui détache dans la nuit l'Opéra, le Louvre, l'Arc (le Triomphe, il y
a tout un Paris populaire,aux rues étroites, aux maisons pouilleuses, un Paris
d'où ont débouché quelques-unes des plus fameuses émeutes de la Révolution...
Il faut, comme eugène dabit, avoir été un de ces gamins élevés entre des murs
sordides, dans des ruelles crasseuses, pour savoir qu'il existe un autre Paris
que le «Gay Paris» • ce Paris de Belle-ville , par exemple, où le «bistrot» est à
peu près le seul Paradis...

A Belleville, on trouve peu de fonctionnaires, peu d'employés. Dès
qu'ils le peuvent, singeant' leurs chefs, ils vont s'installer à l'ouest de Paris.
Dans le quartier des Carrières d'Amérique, de petits bourgeois habitent des
villas. Ailleurs, végète une population qui vote rouge2; ni les prêches des
«équipes sociales»3 ni les promesses officielles ne la détourneront de son
vrai destin.

On émigré chaque matin pour gagner son pain. On ne connaît pas la joie '
des départs, les longues vacances, les provinces lointaines, encore moins
les pays étrangers. C'est ici qu'on naît, vit, et meurt; qu'on travaille et qu'on
aime, sur sa terre natale. Rares sont les attaches avec un village. Dans les
faubourgs du sud-ouest on trouve des Bretons; dans ceux du centre, des
provinciaux forment des associations amicales. A Belleville, on n'a de
racines que parisiennes, des souvenirs qui remontent au temps de la
Commune, et des camarades ouvriers (...). Une malédiction pèse sur ces
faubourgs du nord-est, les noms en sont prononcés avec crainte. La légende
de la révolution les enveloppe. Les couleurs de la misère ne sont pas
riantes pour qui roule en auto aux Champs-Elysées. Il faut avoir habité
Belleville pour ne plus se griser de symboles, d'idées, d'art; comprendre
que les malheureux ne connaissent aucun de ces mirages.

En attendant l'heure désespérée qui les poussera vers d'autres territoires,
comme des vengeurs ou des barbares, ils ont construit un monde où ils ont
leurs joies, leurs amours, leurs biens.

Le premier bistrot venu aide à s'accommoder de cette vie de chien. Des
inconnus vous saluent comme un frère; on respire une bonne odeur
de tabac, de bière, d'apéritifs. La menthe a la couleur des prairies,
l'absinthe la couleur des rêves, et les hommes plus légers imaginent des
départs, pensent saisir un jour la fortune.



Arrivent des copains4 qui fuient leur famille, ou leurs chefs ou une


maîtresse, ensemble on fabrique une société meilleure. Affalé sur la
banquette de moleskine" ou sur la chaise à clous dorés, les bras sur le
marbre graisseux d'une table, une main serrant le verre, on regarde les
flacons scintillants, les murs ornés de glaces, tandis que dans la rue les
passants se hâtent, les voitures roulent. Les usages, les lois, le bien, le mal,
ne comptent plus; le vieux besoin qu'a l'homme du merveilleux s'épanouit.

L'heure de la soupe, celle du sommeil, peuvent sonner. On a quitté terre.
Jusqu'au moment, hélas! fatal aux songes, où le patron crie: «On ferme!»
On s'enfonce alors dans la nuit, en marmonnant: une journée, une dure
journée encore, avant de pouvoir goûter le même bonheur. On reprend vite
ses pensées moutonnières, on retombe dans son trou, à son poste*....

EUGÈNE DABIT. Parisiens de Belleville.

Примечания:

1. Подражая, обезьянничая. 2. За красных депутатов (социалистов и коммунистов).
3.Католической ориентации. 4. Приятели, дружки (разг.). 5. Молескин, "чертова ко-
жа", плотная блестящая ткань, имитирующая кожу.

Вопросы:

* Relevez les traits de satire sociale contenus dans ce texte. Quelle sympathie l'auteur
éprouve-t-il four ce quartier, à certains égards si rebutant?


III. Французская нация

Двухтысячелетнюю историю не так-то просто резюмировать не-
сколькими словами. Но во всяком случае можно назвать кое-какие
даты и факты, которые позволят отметить ее главные этапы.

Во времена, когда Цезарь предпринял завоевание Галлии (58-52 гг.
до н.э.) эта страна была разделена между тремя многочисленными на-
родами — кельтами, аквитанами и белгами. Подобное разделение
несомненно благоприятствовало планам римлян; после же поражения
национального восстания против римлян, возглавлявшегося Верцин-
готориксом, тяжелая рука императора навязала фактическое единство
нашей стране.

Наши романизированные предки, которые долгое время называ-
лись галло-римлянами, в середине V века подвергались многим наше-
ствиям и позволили поселиться на своей земле германскому племени
франков. Им пришлось дождаться 843 г., когда в результате Верден-
ского договора было создано под властью Карла Лысого королевство
Франция, которое и дало стране ее нынешнее имя и первичное нацио-
нальное
единство.

В продолжение целой эпохи, особенно после восшествия на трон
династии Капетингов (987 г.) монархия постоянно предпринимала
усилия, дабы подчинить своей власти строптивых и мятежных феода-
лов. Филипп Август, Людовик Святой, Филипп Красивый, Людовик
XI — вот те короли, которые в средние века наиболее преуспели в
этом. Впоследствии Генрих IV, положивший конец религиозным вой-
нам, Ришелье и Мазарини, подавившие оппозицию принцев, и Людо-
вик XIV, являвший собой воплощение королевского величия, завер-
шили политическое сплочение французской нации.

С другой стороны, после изгнания в результате Столетней войны из
Франции англичан, короли старались присоединить к короне как можно
большее число провинций. Постепенно Эльзас (1648), Артуа (1659),
Руссильон (1659), Франш-Конте (1678), Лотарингия (1766), Корсика
(1768) были включены в территорию государства, которое накануне
Революции имело очертания и площадь примерно такие, как сейчас.


Крайне любопытно, но Революция, уничтожив абсолютизм, пр0-
должала двойной труд, начатый монархией: внутри страны она
"соблюдала и укрепляла административную централизацию"; в пла-
не внешнем, войны, которые она вела против коалиции европейских
государств, усиливали патриотическое воодушевление граждан. Им-
перия же, прежде чем рухнуть после Ватерлоо (1815), сумела дать
стране административный аппарат, успешно действовавший больше
столетия, и одержала достаточно много славных побед, чтобы \
Франции появилось сознание того, что она является великой державой.

Само собой разумеется, при последующих режимах — Реставра-
ции, июльской монархии, Второй империи — было не так уж много
столь же славных дат. Более того, капитуляция Франции при Седане
(4 сентября 1871 г.), приведшая к потере Эльзаса и Лотарингии, была
воспринята как национальная трагедия. Но Третья республика сумела
расширить французское влияние в мире, а в 1919 г. вернуть обе про-
винции, утраченные в 1871 г.; она также укрепила целостность тер-
ритории
и заставила уважать Францию во всех уголках Земли.

Однако вторая мировая война стала для нее крахом; поражение
1940 г. (частично, скажем так, сглаженное в 1944 г.) ослабило матери-
альную мощь страны. Но все указывает на то, что она сможет возро-
диться, как уже неоднократно бывало с нею на протяжении ее долгой
истории.


VERCINGÉTORIX

(52 avant J.- С.)

Inutile de nier ou de regretter ce que la Gaule doit à la conquête romaine.
Pourtant, comment ne pas admirer sa résistance acharnée et ce chef mal-
heureux, qui, dans des conditions impossibles, a tenté de réaliser l'unité de la
nation ?

Si donc, aux yeux des doctes. César est le fondateur involontaire de l'Unité
française, Vercingétorix est cher aux enfants de France, comme notre premier
patriote, notre premier résistant.

Devant le camp, à l'intérieur des lignes de défense, avait été dressée
l'estrade du proconsul1, isolée et précédée de marches, semblable à un
sanctuaire. Au-devant, sur le siège impérial. César se tenait assis, revêtu du
manteau de pourpre. Autour de lui, les aigles des légions2 et les enseignes
soldat gaulois mourant, des cohortes , signes visibles des divinités protec-
trices de 1 armée romaine. En face de lui, la montagne que couronnaient les
remparts d'Alésia3 avec ses flancs couverts de cadavres (...). Comme
spectateurs, quarante mille légionnaires debout sur les terrasses et les tours,
entourant César d'une couronne armée. A l'horizon enfin, l'immense
encadrement des collines, derrière lesquelles les Gaulois fuyaient au loin.

Dans Alésia, les chefs et les convois d'armes se préparaient: César allait
recevoir, aux yeux de tous, la preuve palpable de la défaite et de la
soumission de la Gaule.

Vercingétorix sortit le premier des portes de la ville, seul et à cheval.
Aucun héraut ne précéda et n'annonça sa venue. Il descendit les sentiers de
la montagne, et il apparut à l'improviste devant César.

Il montait un cheval de bataille, harnaché comme pour une fête. Il
portait ses plus belles armes; les phalères4 d'or brillaient sur sa poitrine. Il
redressait sa haute taille, et il s'approchait avec la fière attitude d'un
vainqueur qui va vers le triomphe.

Les Romains qui entouraient César eurent un moment de stupeur et
presque de crainte, quand ils virent chevaucher vers eux l'homme qui les
avait si souvent forcés à trembler pour leur vie. L'air farouche, la stature
superbe, le corps étin-celant d'or, d'argent et d'émail, il dut paraître plus
grand qu'un être humain, auguste comme un héros: tel se montra Décius,
lorsque, se dévouant aux dieux pour sauver ses légions, il s'était précipité
à cheval au travers des rangs ennemis.


C'était bien, en effet, un acte de dévotion religieuse, de dévouement
sacré, qu'accomplissait Vercirigétorix. Il s'offrit à César et aux dieux
suivant le rite mystérieux des expiations volontaires.

Il arrivait, paré comme une hostie. Il fit à cheval le tour du tribunal,
traçant rapidement autour de César un cercle continu, ainsi qu'une victime
qu'on promène et présente le long d'une enceinte sacrée. Puis il s'arrêta
levant le proconsul, sauta à bas de son cheval, arracha ses armes et ses
phalères, les jeta aux pieds du vainqueur: venu dans l'appareil du soldat, il
se dépouillait d'un geste symbolique, pour se transformer en vaincu et se
montrer en captif. Enfin il s'avança, s'agenouilla, et, sans prononcer une
parole, tendit les deux mains en avant vers César, dans le mouvement de
l'homme qui supplie une divinité.

Les spectateurs de cette étrange scène demeuraient silencieux. L'éton-
nement faisait place à la pitié. Le roi de la Gaule s'était désarmé lui-même,
avouant et déclarant sa défaite aux hommes et aux dieux. Les Romains se
sentirent émus, et le dernier instant que Vercingétorix demeura libre sous
le ciel de son pays lui valut une victoire morale d'une rare grandeur.

Elle s'accrut encore par l'attitude de César: le proconsul montra trop
qu'il était le maître, et qu'il l'était par la force. Il ne put toujours, dans sa
vie, supporter la bonne fortune avec la même fermeté que la mauvaise.
Vercingétorix se taisait: son rival eut le tort de parler, et de le faire, non
pas avec la dignité d'un vainqueur, mais avec la colère d'un ennemi. Il
reprocha à l'adversaire désarmé et immobile d'avoir trahi l'ancien pacte
d alliance, et il se laissa aller à la faiblesse des rancunes banales.

Puis il agréa sa victime, et donna ordre aux soldats de l'enfermer, en
attendant l'heure du sacrifice*.

camille jullian. Vercingétorix (1901 ).
Примечания:

1. То есть Цезаря. 2. Войсковая единица в римской армии. 3. Крепость недалеко от
Дижона, в которой засел с галльским войском Верцингеторикс и которую осаждал
Цезарь. 4. Металлические украшения в форме пластинок или блях, служившие знака-
ми воинского отличия в римской армии.

Вопросы:'

* On étudiera, dans ce récit, les éléments gui en constituent lepittoresque et le

pathétique.


SAINT LOUIS (1215-1270) REND
LA JUSTICE AU BOIS DE VINCENNES

Saint Louis est le seul roi de France qui ait été canonisé. C'est assez dire les
services éclatants qu'il rendit à la Chrétienté, tant par sa participation aux
deux dernières croisades que par son amour de la justice et de la paix. N'est-
ce pas lui qui soutenait, contre son entourage: «Je veux céder ce territoire au
roi d'Angleterre, pour mettre amour entre mes enfants et les siens»?
Peu d'hommes ont su mieux évoquer cette noble figure que le sire de JO1N-
VILLE, qui fut longtemps le compagnon du souverain et, en 1305, écrivit
l'histoire du saint roi.

Souvent* en été il allait s'asseoir au bois de Vincennes après la messe,
s'adossait à un chêne et nous faisait asseoir autour de lui. Tous ceux qui
avaient une affaire venaient lui parler sans être empêchés par un huissier ni
personne d'autre. Et alors il demandait de sa propre bouche: «Y a-t-il
quelqu'un ici qui ait un litige1?» Ceux qui avaient un litige se levaient; et il
disait: «Taisez-vous tous, et l'on vous jugera les uns après les autres.» Et
alors il appelait monseigneur Pierre de Fontaine et monseigneur Geoffroy
de Villete et disait à l'un d'eux: « Jugez-moi ce litige.»

Et quand il voyait quelque chose à amender dans les paroles de ceux qui
parlaient pour lui ou dans les paroles de ceux qui parlaient pour autrui, il
l'amendait lui-même de sa propre bouche. Je l'ai vu quelquefois, en été,
venir pour juger son monde, au Jardin de Paris2, vêtu d'une cotte de
camelot3 avec une tunique en tiretaine sans manches, une écharpe de
cendal4 noir autour du cou, très bien peigné et sans coiffe5 et un chapeau de
plumes de paon blanc sur la tête. Il faisait étendre un tapis pour nous
asseoir autour de lui; et tous les gens qui avaient affaire à lui étaient debout
autour de lui; et alors il les faisait juger comme je vous ai dit à propos du
bois de Vincennes*. (Texte mis en français moderne).

joinville. Histoire de Saint Louis.
Примечания:

1. Имеются в виду жалобы на королевских чиновников, что подтверждается и нача-
лом следующего абзаца. 2. На острове Сите. 3. La cotte — род кафтана, иногда без рука-
вов. Le camelot — шерстяная ткань, камлот. Le tiretain — грубое сукно. 4. Шелковая
ткань. 5. Род камилавки, круглой шапочки без полей, надевавшейся иногда под шляпу.

Вопросы:

*Quc'ls détails font; ressortir la simplicité du roi?


JEANNE D'ARC, OU LE REFUS
D'ABDIQUER (1412-1431)

Défoules les figures de l'histoire de France, il n'en faut pas chercher de pi их
touchante ni de plus populaireque celle de Jeanne d'Arc. Et son épopée,
depuis les voix entendues par la petite bergère de Domremy, jusqu 'au supplice
final, est inscrite dans tous les esprits et dans tous les cœurs, et bien au-delà
des frontières de France.

Entre tant d'épisodes émouvants, il en est un qui, à très juste titre, a retenu
.l'attention et inspiré le beau talent de THIERRY MAULNIER: celui où la jeune
fille, après avoir abjuré de forcedevant le tribunal, reprend peu .à peu
conscience d'elle -même et retourne à cette irrésistible vocation où l'appelle
«l'autre Jeanne», la Jeanne qui n'a 'point trahi, la Jeanne qui refuse
d'abdiquer....

Dans le cachot, Jeanne, ayant abjuré, entend la voix de sa conscience qui parle et
qui la rappelle à son devoir. D'au ces personnages: Jeanne et l'Autre Jeanne.

L'AUTRE JEANNE. — Regarde-moi. Je suis celle qui a trouvé la France
sur sa croix et qui l'a déclouée, et par qui est venu pour elle le jour de la
Résurrection. Je suis celle que tu es.

JEANNE. — Celle-là, je l'ai reniée par désarroi, par fatigue et par peur du
feu. Tout est fini.

L'AUTRE JEANNE. — Je suis celle que tu es dans des millions d'yeux qui
te contemplent. Je t'appelle à moi et je te soutiendrai dans tout ce qui te
reste à faire. Ta vérité, c'est la légende*. Ta légende te réclame pour te
garder jusqu'à la fin des temps. Le moment est venu de ressembler à celle
que tu es dans le cœur des hommes. Le moment est venu de me ressembler.
Debout!

JEANNE. — Mes Français m'accueillaient à genoux dans les villes et
m'acclamaient après les batailles, et remerciaient Dieu de ce que je leur
avais été envoyée. Maintenant, ils m'injurient dans les rues de Rouen,
quand j'y passe avec ceux qui me gardent, et disent que si j'ai fait
soumission, c'est que je ne venais pas de la part de Dieu.

L'AUTRE JEANNE. — Dans les bourgs et dans les campagnes on croit qu'une
fausse Jeanne a été prise à Compiègne et jugée à Rouen, car tu ne peux ni faillir
ni faiblir, car tu es invincible1 étant.guidée par les Anges: et l'on prie pour toi et
l'on t'attend. Que dira la France quand elle saura que tu t'es reniée?


JEANNE. — Je croyais que mon roi viendrait jusqu'à Rouen avec son
armée pour me délivrer par force, ou qu'il offrirait rançon pour moi. De
mon roi aussi je suis abandonnée.

L'AUTRE JEANNE. — Ton roi n'est roi que parce que tu l'as mené au
sacre. Ton roi n'est roi que si tes voix ont dit vrai. Que dira ton roi quand il
saura que tu t'es reniée?

JEANNE. — Les voix qui me venaient de Dieu ont fait silence et m'ont
délaissée. Ah! Si l'univers m'abandonne, j'ai du moins besoin de Dieu.

l'autre jeanne. — Dieu a besoin de toi.
JEANNE. — Besoin de moi?

L'AUTRE jeanne. — Quand cesseras-tu de gémir et de chercher partout
une aide? Personne ne viendra à ton secours: tu n'as rien à attendre. C'est
toi que l'on attend. Considère non ce qui te soutient, mais ce qui repose sur
toi. Considère tout ce qui tombe si tu tombes. C'est par la charge qu'il porte
que l'homme se tient debout.

JEANNE. — Tant de malheur est sur moi....
L'AUTRE JEANNE. — Fais-t'en plus forte2.
JEANNE. — Tant de fatigue.
L'AUTRE JEANNE. — Fais-t'en plus forte.
JEANNE. — TAnt de honte.

L'AUTRE JEANNE. — Fais-t'en plus forte. (Elle va à die pour la mettre :
debout. Jeanne tente une faible résistance.) Prétendrais-tu me résister?
Telle que je te vois, meurtrie, défaite, les yeux battus, les joues salées de
larmes, pauvre chose humaine livrée à la fatigue, au sommeil, à la peur.
Va, tu ne lutteras pas avec moi comme Jacob avec l'Ange , car tu sais bien
maintenant que tu serais terrassée.

JEANNE. — Que prétends-tu de moi?

L'AUTRE JEANNE. — Tu es allée droit à ton roi qui ne savait plus qu'il
était roi, et tu l'as reconnu pour qu'il se reconnût lui-même. Je suis venue
vers toi qui ne savais plus que tu étais Jeanne et déjà tu t'es reconnue.
JEANNE. — Je te dis donc ce que m'a dit mon roi: «Que faut-il que je
fasse?»

 


L'AUTRE JEANNE. —Tu as conduit ton roi à Reims pour qu'il y fût sacré
C'est à ton sacre que je te conduis. Comme il le reçoit à Reims, tu le
recevras à Rouen.

JEANNE. — Quel sacre peut-il y avoir pour la pauvre fille que je suis?

L'AUTRE JEANNE. — Un sacre plus brillant que le plus beau sacre royal.
Quelles hautes flammes l'éclairent! Tu seras reine, Jeanne, auprès des
Saintes Martyres. Reine pour tous ceux qui, comme toi, comparaîtront
devant des juges dé politique et de vengeance, dans la solitude et le
désarroi, et sauront que tu es près d'eux. Reine de tous ceux que l'on tue
injustement aux quatre coins du monde. Reine des peuples qu'on opprime,
reine des vaincus qu'on bâillonne, reine des prisons et des supplices, reine
de la foule des libertés qui n'en finissent pas d'être tuées et de renaître,
reine de l'espoir intraitable. Reine4 voici le j our du sacre. Voici la foule
rassemblée. Voici sur toi les yeux du monde. Voici le prêtre avec son livre.
Voici l'ampoule5 et la couronne.

JEANNE. — Voici la mort. Je n'ai que dix-neuf ans.

L'AUTRE JEANNE. — Jeanne, je t'appelle à ton dernier combat. Reprends
l'habit qui convient au combat. Reprends l'habit d'homme.

JEANNE. — Je leur6 ai fait serment....

L'AUTRE JEANNE. — Nul serment ne vaut s'il est fait par contrainte.
Reprends ton courage, reprends ta vérité, reprends la bataille. Reprends ton
habit d'homme! Es-tu prête?

JEANNE. — Je suis prête**.

THIERRY MAULNIER. Jeanne et les Juges (1949).

Примечания:

1. Ты непобедима, потому что тебя ведут (направляют) ангелы. 2. Стань сильней его.
3. Имеется в виду эпизод из Библии (Бытие, 32) о борьбе Иакова с ангелом, послан-
ным испытать его после прихода в землю Ханаанскую. В этой борьбе Иаков вышел
победителем. 4. Здесь: обращение. 5. Аллюзия на la Sainte Ampoule, сосуд с миром
(маслом), используемый при коронации французских королей. 6. Моим тюремщикам.

Вопросы:

* Quel est le passage de cette scène qui vous para t le plus éloquent et le plus
émouvant?


HENRI IV, LE ROI TOLÉRANT

(1553-1610)

Lorsqu'il voulut glorifier l'esprit de toléranceen un vaste poème épique,
Voltaire choisit de célébrer Henri IV. On voit 'powquoi: ce roi fut l'ennemi du
fanatisme, et, pour mettre fin aux guerres religieuses, ne craignit pas d'abjurer
le protestantisme pour se faire catholique.

En décrivant, dans sa minutie pittoresque, le détail de la dernière journée
d'Henri IV, LES FRÈRES THARAUD ont su rendre hommage au moins à deux
qualités foncières du souverain: sa préoccupation constante de son royal
métier, et son courage à défier les complots du fanatisme.

Jamais le Roi n'apparut plus présent à toutes choses, et en même temps
plus mystérieux, plus lointain, plus différent de tous ceux qui l'entouraient,
que dans ce jour du vendredi, quatorzième de mai, qui fut le dernier de sa
vie. Il s'éveilla de bon matin, se fit porter ses Heures1 dans son lit, car il
avait toutes les façons d'un excellent catholique, allait tous les jours à la
messe, et même avait fondé un ordre de chevalerie religieuse, l'ordre de la
Vierge du Mont Carmel, dont les membres devaient s'abstenir de manger
de la chair le mercredi et réciter chaque matin l'office de la Vierge Marie,
ou tout au moins le chapelet.

Son fils Vendôme2 vint l'avertir que l'horoscope de ce jour ne lui était
pas favorable et qu'il devait se bien garder. «Qui vous a dit cela? fit le
Roi.— Le médecin La Brosse.» Sa Majesté, qui connaissait La Brosse,
répliqua: «C'est un vieux fou; et vous en êtes un jeune.»

On doit ajouter toutefois que l'anecdote est incertaine, encore qu'il n'y eût
guère de jour où l'on ne vînt porter au Roi quelque présage de la sorte. Il n'y
avait d'ailleurs pas d'occasion qu'il ne saisît pour se moquer de ces vains
pronostics «La vie, avec telles craintes, serait pire que la mort, disait-il
insouciamment je suis dans la main de Dieu, et ce qu'il garde est bien gardé.»
Et à ce propos, il racontait qu'un devin lui avait prédit qu'il serait enterré huit
jours après son cousin Henri Ш, lequel était mort depuis vingt ans.

Toute la matinée, il s'entretint des négociations en cours, de la guerre
qui se préparait3 des reconnaissances qu'on avait faites pour le passage de
ses troupes en Flandre, de l'état de son armée, des équipages, de l'artillerie;
d s'informa auprès des maréchaux des logis des dispositions prises dans la
rue Saint-Denis sur le parcours du cortège qui devait se dérouler le
dimanche, jour de l'entrée solennelle de la Reine à Paris; il s'enquit des
Personnages qui avaient retenu des fenêtres et où se trouvait le logis d'où


lui-même il verrait passer sa femme; puis il se rendit à Saint-Roch4 pour y
entendre l'office. Au même moment, Ravaillac entendait aussi la messe. Il
était agenouillé dans l'église Saint-Benoît5. Qui dira les sentiments, les
pensées qui occupaient à cette heure la victime et le bourreau, le Béarnais
incrédule qui rêve de sa maîtresse, et le sombre Angoumoisin qui écoute
dans l'extase les derniers ordres de Dieu...?

On était un vendredi, jour pareil aux autres jours pour l'homme qui suit
l'office à Saint-Roch; jour terrible, jour non pareil pour l'homme qui prie
à Saint-Benoît, jour de tristesse où l'Eglise pleure sur les morts, et fait
trembler les vivants, (...) jour du plus grand sacrifice, où Jésus s'offre en
holocauste pour racheter les péchés des hommes... Pour racheter ce pauvre
royaume, ne pouvait-on sacrifier une misérable vie? Un doute pourtant, un
dernier doute fait hésiter Ravaillac. Il sait qu'il va frapper un homme en
état de péché mortel et que c'est sa vie éternelle qu'il va prendre avec sa
vie. Doit-il envoyer une âme à la damnation éternelle? Mais quoi! est-ce
encore une âme. l'esprit d'où Dieu s'est retiré*?..

Il sortit de Saint-Benoît, regagna les Cinq-Croissants6, y déjeuna avec
l'hôte7 et un nommé Colletet, marchand. .

De son côté, Sa Majesté remonta dans son carrosse, et rencontrant en
chemin messieurs de Guise et Bassompierre8 il fit descendre une dame qui
se trouvait dans le berceau9 pour prendre avec lui ses gentilshommes.





Дата добавления: 2015-06-28; Просмотров: 684; Нарушение авторских прав?;


Нам важно ваше мнение! Был ли полезен опубликованный материал? Да | Нет



ПОИСК ПО САЙТУ:


Читайте также:



studopedia.su - Студопедия (2013 - 2017) год. Не является автором материалов, а предоставляет студентам возможность бесплатного обучения и использования! Последнее добавление ip: 54.198.35.26
Генерация страницы за: 0.026 сек.